01 janvier 2016

Bon, vous sortez ou quoi ! il crie, le gars. De la patience, il en a pas, du plaisir non plus, qui ne voit pas tous ces beaux chats qui se chauffent là.
Colette, elle ne sait plus où elle est : « oooooh », « ooooh », elle s'émerveille à tout va, elle est en jupe. Je regrette de ne pas avoir opté pour un short quand déjà ces frottements de flans sur mon mollet vêtu m'extasient. Jambes nues, ces poils doux et chauds de soleil, ça doit être délicieux. Colette commence à leur parler, elle a pas entendu le type, ou alors elle fait semblant mais je crois pas, pas une grande rebelle, juste elle est trop emportée par toute cette mignonnerie sensuelle.
Il y en a plein, je dirais cent, mais ma mère me reprendrait sûrement pour dire meuh non une vingtaine tout au plus, alors disons vingt. Ils sont sur le mur de pierre, dans la poussière du chemin, étirés, poussiéreux, ou en train de se lécher la patte. Ils font leurs yeux contents, fiers et confiants. Confiants en eux, confiants en la vie, mais oui, que redire d'une vie de soleil, de radiateurs et de gamelle pleine ? Ils peuvent bien être confiants, moi aussi je le serais dans ces conditions, pas de quoi être si fiers.
Colette opte pour un attrapage (ils sont un peu mous de torpeur), c'est à ce moment-là que le type s'énerve pour de vrai. Il gueule un truc (je sais plus quoi mais en gros qu'il va nous coller dehors à coup de rateau si ça continue) et ça effraie carrément le chat de Colette qui pousse un râle en griffant à qui mieux mieux en s'échappant. Colette, se frottant comme de froid ses bras blessés, moue boudeuse et sanglot bloqué, finalement pleure.

Posté par couac couac à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 novembre 2015

crayonnés


Hier soir, j'étais assise près de mon petit garçon de deux ans qui dessinait sur un grand bloc de feuille, et il m'a invitée à dessiner avec lui. Mal installée par terre, je me suis mise à faire ces bonshommes et je les ai bien aimés.
Je les imaginais sur une terrasse, en plein été, la terrasse d'une maison au milieu de rien, surplombant la nature. C'est la nuit et la seule lumière est celle qui vient de l'intérieur de la maison. Le ciel est plein d'étoiles, ils ont eu trop chaud aujourd'hui. Il y a quelques bruits dans la nature autour, mais sinon, juste la musique qui vient du salon, et leurs voix.

Posté par couac couac à 06:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 novembre 2015

damerouge

Posté par couac couac à 14:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 juin 2015

Mes personnages font grève, ils veulent des décors.

grève1

grève2

grève3

grève4



Ils n'ont même pas accepté de s'habiller.



Posté par couac couac à 13:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 juin 2015

Une solution si tu n'as pas de chemise.

pantalonbéret

C'était jeudi, j'avais atelier exceptionnel au Wolf avec Kitty Crowther. Elle nous a proposé de réaliser 60 dessins en 60 minutes. Celui-ci était mon 54ième.

Posté par couac couac à 15:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

C'est agréable de vivre au ras du sol.

bd

Posté par couac couac à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]